Blog

Latest Industry News

Projet M.U.R. : quand l’art urbain prend de la hauteur !

Il y a quelques temps, nous avons découvert avec plaisir sur les réseaux sociaux que les produits Duarib étaient utilisés par les artistes du M.U.R. ! Quelle belle surprise : en tant que spécialistes du travail en hauteur, nous avons l’habitude de collaborer avec des peintres en bâtiment, mais nous devons reconnaître que cette fois-ci, il ne s’agit pas vraiment d’un chantier comme les autres ! Alors nous avons décidé de contacter Bob Jeudy, président de l’association M.U.R. (Modulable, Urbain, Réactif) pour en savoir un peu plus sur ce beau projet.

 

 

Modulable, Urbain, Réactif… mais encore ? Quel est le concept du M.U.R. ?

 

B.L. : « Le M.U.R. est une Association qui s’engage pour la promotion de l’art contemporain et plus particulièrement de l’art urbain, avec un concept original qui reprend les codes de l’affichage publicitaire avec son format, son rituel…

En fait, le principe est simple : tous les 15 jours, des artistes issus de différents univers se relaient pour composer des œuvres originales et éphémères sur un même panneau. Chaque œuvre recouvre alors la précédente pour permettre à chaque artiste d’investir à sa manière son espace d’expression ».

 

Duarib-plateforme-hauteur-art-urbain-mur-association

 

 

Comment vous est venue cette idée ?

 

B.L : « Tout a débuté en mars 2001 avec la rencontre de deux artistes, Jean Faucheur et THOM THOM. Le premier se sentait trop limité dans son 8 m2 et a commencé dès les années 80 à coller des œuvres uniques sur les panneaux d’affichage publicitaire parisiens. Le second exploitait également ce support dans son art, puisqu’il découpait des morceaux d’affiches publicitaires pour les customiser en faisant réapparaitre celles qui avaient été collées en dessous.

Leurs visions de l’art avaient tout pour être réunies, et, ensemble, ils ont initié des démarches pour pouvoir avoir un mur à eux et travailler légalement. »

 

 

Et la ville de Paris leur a accordé une place dans le 11ème arrondissement !

 

B.L : « Exactement : la ville de Paris nous permet depuis d’exploiter ce mur rue Oberkampf, une sorte de musée à ciel ouvert qui crée une passerelle entre un quartier et une démarche artistique souvent mal connue, celle du street art.

Entre les passants curieux et les passionnés qui se déplacent spécialement pour admirer les performances des artistes, le projet du M.U.R. réunit un public assez large et multi-générationnel. L’objectif, est de pouvoir ouvrir cet art au plus grand nombre, dans la rue et sans limite.

Aujourd’hui, le projet a fait des émules et le M.U.R. est présent dans 20 villes en France et en Belgique et notre objectif est de continuer à le développer dans d’autres lieux.»

 

 

Quelles sont les règles pour les artistes ?

 

B.L : « L’association propose à des artistes urbains d’investir ce panneau de 3X8 m avec des peintures originales, avec une liberté totale et donc, des styles et techniques très diverses : acryliques, encres, aérosols, collages, performances en direct… c’est ce qui fait la richesse du projet !

Tous les 15 jours, le M.U.R. change d’artiste et chacun d’entre eux est rémunéré avec le même cachet, quelle que soit leur notoriété. »

Duarib-plateforme-urbain-art-mur-association-paris

 

 

Et qui sont les artistes, comment sont-il sélectionnés ?

 

B.L . Ce sont eux qui nous démarchent (il faut savoir qu’aujourd’hui, il y a environ 2 à 3 ans d’attente pour faire le M.U.R.  ), puis on les choisit en fonction des œuvres déjà réalisées, de leur style (pour varier les plaisirs) mais aussi de leur capacité à produire sur une telle surface en une journée, c’est une vraie performance ! (…) Aujourd’hui, la moitié des artistes vient de l’étranger».

 

 

Et… si on parlait un peu de nous ? Comment en êtes-vous venus à travailler avec des produits Duarib ?

 

B.L : «  Il faut savoir que l’association est responsable de la sécurité des artistes qu’elle fait travailler, nous devons donc à tout prix éviter les accidents.

Au départ, nous mettions à leur disposition une échelle télescopique et un escabeau classique, mais c’était trop bancal, peu sécurisé… pas l’idéal pour travailler sereinement !

On a donc recherché un produit léger, facilement transportable (à Paris, les transports sont compliqués) et pouvant répondre aux contraintes imposées par le M.U.R. , comme ses dimensions. Notre choix s’est naturellement tourné vers Duarib, avec la plateforme individuelle à hauteur réglable XT-9 et plus récemment, une plateforme GAZELLE. »

En tout cas, chez Duarib, nous sommes ravis de participer à notre manière à ce projet très créatif !

 

street-artiste-lunar-performance-le-mur-association-duarib-paris

 

 

street-art-lunar-mural-mur-association

Merci à l’association Le M.U.R pour ces visuels et le temps accordé pour la réalisation de cette interview.

Enregistrer

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail
Anne-Elise PILLET
RESPONSABLE MARKETING chez Duarib
Anne-Elise PILLET est la responsable éditoriale du blog DUARIB Questions de Hauteur.


Vous souhaitez être informé des nouveaux articles du blog Duarib ? Inscrivez-vous à notre newsletter !

Poster un commentaire

Back to top